Sable, pierres, coquillages, coraux : ramener certains « souvenirs » de vacances est interdit !

En fonction des destinations, ramasser du sable, des pierres, des coraux ou des coquillages pour les rapporter en tant que souvenir peut entraîner une forte amende une fois à l’aéroport. Il est souvent difficile de résister à l’envie de ramener des souvenirs de la plage : collectionner ces beaux galets ou collecter des petites fioles de sable blanc et sans parler des coquillages aussi beaux les uns que les autres. Pourtant, ce geste peut perturber radicalement l’équilibre de l’écosystème aquatique et l’amende risque de devenir très vite salée.

Protéger l’écosystème : éviter de ramasser des souvenirs sur les plages

Bien qu’il existe des personnes malintentionnées qui rapportent des animaux protégés de leurs voyages touristiques, il est également interdit d’emmener avec soi des minéraux ou des végétaux une fois rentrer de vacances. Cette consigne est valable dans de nombreuses régions et pas uniquement dans les zones classées Patrimoine naturel de l’humanité par l’UNESCO, telle que l’archipel des Galápagos. Sur place, les autorités surprennent encore chaque semaine des touristes ramasser du sable, des coraux ou des roches volcaniques recueillis dans la nature. Dans ce cadre, la réglementation pour la protection de l’écosystème locale prévoit de fortes amendes et des peines de prison.

Ce que prévoit la loi en France pour les « voleurs de sable »

En dehors des sites protégés en France, l’article L321-8 du Code de l’environnement gère la collecte de coquillages et de sable. En conséquence, il est possible de ramasser du sable à des fins personnelles, tant que la quantité reste raisonnable. Toutefois, sur quelques plages, les habitants le perçoivent d’un mauvais œil puisqu’ils retrouvent souvent ce sable proposé au marché noir sur certains sites de vente en ligne. En Italie, rentrer chez soi avec des coquillages ou du sable, qu’importe la quantité, est considéré comme un véritable crime. La loi l’interdit formellement sous peine d’une forte amende pouvant atteindre les 3 000 euros, voire d’un emprisonnement.

Ce qu’il en est des souvenirs dits « transformé »

Il faut également faire attention aux souvenirs transformés achetés dans les boutiques de souvenirs ou auprès des vendeurs ambulants sur la plage. Il s’agit notamment des accessoires de mode comme les bijoux en coquillage, les sacs réalisés en cuir ou en peau d’animaux qui peuvent être issus d’espèces protégées. Vous serez tenté de vous en procurer sans savoir qu’il est interdit d’en rapporter de vos vacances. Pensez à vous renseigner avant de commencer à collecter du sable ou des coquillages sur une plage étrangère ou même locale. Ce serait regrettable de terminer vos vacances en prison ou sur la paille.

Pourquoi les déjections canines constituent une réelle pollution urbaine ?
Remplissage de piscine : attention aux restrictions d’usage dans certains cas !